Karine Saporta, la singulière

Portrait de Karine Saporta au dansoir Fontenay-sous-bois, le 21 octobre 2013

Toute une vie dédiée à la recherche, pour avancer et se construire mais aussi pour la partager. Toute une vie aux aguets, les sens en alerte, captant les émotions d’où elles viennent pour les mettre au service de la transmission. La transmission, Karine Saporta l‘a travaillée, elle la maîtrise. Un parcours non pas atypique -quoique- mais nourri d’expériences diverses dans des domaines multiples, parfaitement assimilées et apportant un regard différent sur le monde. Transmission donc mais sous quelle forme ?

Des études de danse classique, un double cursus universitaire en France puis aux Etats Unis, avec bientôt l’obtention d’un doctorat en philosophie. Structure de l’esprit complétée par la découverte de la photographie, du cinéma, la vidéo, la télévision et la chorégraphie. Boulimique, Karine Saporta est allée là où son esprit curieux l’a conduite. Ces années américaines font avancer la femme-artiste à grands pas. Elle sait ce qui lui importe et désire l’exposer.

L’importance du corps, du regard sur le corps, va occuper la place centrale de sa recherche artistique. « Le corps pense et traduit ». Très vite, la danse lui semble permettre l’accès au fantasme. Elle est le viatique d’émotions fortes, le danseur étant l’œuvre elle-même. Mais son exploration du monde ne peut s’en contenter. Il lui faut aller plus loin. « Je veux que la danse envahisse tout ce qui n’est pas la danse. » Vaste programme ! « J’aime la peinture, je suis particulièrement visuelle, j’ai envie que la danse soit cela aussi, cet amour de la peinture. » La danse doit être reliée au monde. Et c’est cela qui anime Karine Saporta : intégrer la danse, dans un mouvement général de pensée. Cela passera par la chorégraphie meilleure façon de faire passer ses idées, avec un regard à la fois distancé sur ses semblables et empathique avec les sujets les plus délicats, sans nécessairement obéir aux règles. Karine Saporta n’est pas seulement une danseuse, une chorégraphe, une photographe, un écrivain, un metteur en scène, réalisatrice d’émissions de radio, directrice de compagnie, pas seulement inspirée par la peinture, la musique, la philosophie, elle est tout à la fois, créant son univers, faisant partie de la communauté des artistes qui donne, aimant l’ombre et la lumière, obsédée par le rythme et le traitement du temps.

Une énergie qui ne cède sur rien, qui la conduit à parcourir le monde avec des créations originales nourries de cultures multiples, rencontrées à New York, à Moscou en passant par l’Inde, l’Egypte, l’Albanie et les terres méditerranéennes, mais également une envie insidieuse : disposer d’un espace pour spectacle vivant, une sorte d’écrin magique aussi beau que fonctionnel, pour mettre en scène ses histoires, pour jouer ce rôle d’inspiratrice et de chorégraphe qui l’habite. Ainsi le dansoir apparait un jour de 2009 dans la vie de Karine Saporta.  Elle en avait rêvé de cet opéra de poche, tout rond et de glaces vêtu, à la décoration des cafés dansants du XIXème siècle. Rutilant, brillant, le dansoir étincelle. Sa compagnie l’acquiert. Mobile, il s’implante d’abord sur le parvis de la BNF puis à Fontenay sous Bois et dans peu de temps s’installera à Ouistreham-Riva-Bella. En chêne massif, avec un parquet de bal flamand, des miroirs biseautés et habillé de velours rouge, doté d’un bar style Art Déco, le dansoir, lieu de spectacle vivant, mais aussi cabaret ou salon de thé, s’offrira à tous, avec une programmation diversifiée*, et ce dès janvier 2017. Un sacré défi ! Mais n’est ce pas ce genre d’aventure qui a toujours animé la femme-artiste singulière qu’est Karine Saporta ?

                                                                                  BBC

*C’est avec la structure récemment créée par Karine Saporta, « La Mue », que la direction Culture de la Ville de Ouistreham Riva-Bella travaillera à l’élaboration d’une programmation riche et diversifiée. « La Mue », située à Cairon, a pour vocation d’être un centre international de recherche, de création et de transmission artistiques pluridisciplinaires permettant l’accueil en résidence d’auteurs, d’artistes et d’équipes dans les domaines de l’art (de la littérature, du cinéma, de l’audiovisuel, du numérique, du spectacle vivant, de la photographie et des arts plastiques) mais aussi de la philosophie et de la science.

Ce diaporama nécessite JavaScript.